Cover

C'est l'une des victimes indirectes des événements enTunisie, Egypte et Libye, "La diplomatie française bousculée par la révolte arabe", titre Le Monde. "L’accélération des soulèvements populaires au Moyen-Orient, dans une région où la France pensait jouer un rôle particulier, et les critiques formulées contre la politique extérieure française suscitent de douloureux examens de conscience au Quai d’Orsay", constate le quotidien, qui publie une tribune signée par un collectif de diplomatesdénonçant l'"amateurisme", les "préoccupations médiatiques à court terme" et le "manque de cohérence" de la politique étrangère de Nicolas Sarkozy. "La voix de la France a disparu dans le monde", regrette le collectif, baptisé "groupe Marly".