Cover

"La crise du sucre de l’UE", titre Dziennik Gazeta Prawna. Les prix du sucre, écrit le quotidien économique, sont supérieurs de 30 à 40% par rapport à la même période l’année dernière pour trois raisons : les quotas de production imposés par l’UE, les catastrophes naturelles et une récolte moins importante. La réforme du marché européen du sucre, a été lancée en 2006pour faire baisser le prix minimum garanti du sucre de 36% et fermer les entreprises produisant à perte. La production de sucre est passée à 16,25 millions de tonnes en 2009-2010 contre 17,35 millions de tonnes les années précédentes. La Pologne a produit 1,43 million de tonnes en 2010, mais du fait des limitations imposées par l’UE, elle ne peut utiliser que 1,405 million de tonnes et doit exporter l’excédent hors des frontières de l’UE. Ce quota n’est pourtant pas suffisant pour répondre à la demande intérieure. Aussi la Pologne doit-elle importer du sucre de pays extérieurs à l’UE. Or les stocks sont épuisés sur les marchés internationaux. "Une hausse du prix sucre est inévitable", écrit le journal, qui prévoit une vague de faillites chez les boulangers et les sucriers, dont l’activité s’approche dangereusement "du seuil de rentabilité".