Depuis son entrée dans l'UE en 2004, Malte n'a cessé de voir croître le flux des migrants arrivant sur son territoire. Avec l’Italie, l’île a reçu en 2008 près de la moitié des 670 00 personnes qui ont traversé la Méditerranée pour demander l'asile en Europe, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR). Réclamant depuis longtemps l'aide de l'Union européenne pour faire face à cette situation, elle semble avoir été entendue.

Comme l’Italie, la Grèce et Chypre, autres pays situés aux frontières sud de l'Europe, elle va bénéficier du programme "répartition interne des réfugiés" que s'apprête à lancer la Commission européenne. "Alors que les Etats-Unis se sont engagés à ouvrir leur porte à plusieurs centaines de réfugiés venant de Malte, le commissaire européen en charge des questions migratoires, Jacques Barrot, espère que des Etats membres prendront le relais d'ici l'automne", écrit Le Monde. Les Pays-Bas, l'Irlande, la Lituanie, l'Allemagne et le Portugal ont déjà chacun accueilli entre une dizaine et une trentaine de personnes. La France va bientôt à en faire venir une centaine. Le programme qui se fera sur la base du volontariat prévoit que la Commission prenne en charge les frais d'intégration des réfugiés pendant un an.