Le Parlement lituanien a examiné en première lecture un projet de loi visant à pénaliser l'incitation aux rapports sexuels avec une personne du même sexe. Si cette réforme du Code Pénal passe les deux lectures restantes, "les homosexuels pourront être condamnés à des travaux d'intérêt général, à des amendes et même à de la détention", rapporte le quotidien polonais Dziennik. Les peines pour "trouble homosexuel à l'ordre public" pourront s'appliquer aux individus et aux associations. L'opposition conservatrice et eurosceptique du parti Ordre et Justice (TiT) réclame des amendes comprises entre 325 et 1 750 euros.

Il y a quelques mois, le Parlement a même été saisi d'un projet de loi visant à assimiler l'homosexualité à la zoophilie et à la nécrophilie. Le texte entendait aussi condamner les propos favorables à l'homosexualité à des amendes et à des peines de prison. La gauche et les associations lituaniennes de défense des droits des homosexuels ont été choquées par l'examen de ces lois anti-gay. "C'est une idiotie et une honte", affirme Marija Pavilioniene, élue du parti social-démocrate Auszrine. En attendant, les conservateurs ont précisé le but de ces projets de loi. Selon Petras Grazulis, membre de La tribune du peuple et initiateur du projet, "il s'agit d'empêcher ces personnes d'imposer aux autres avec agressivité leur style de vie". Pour Petras Luomanas, membre du Parti Patriotique au pouvoir : "A cause de cette propagande, les jeunes commencent à accepter sans sourciller les clichés selon lesquels un homosexuel est un Européen progressif, tandis que les hétérosexuels sont des rustres doublés d'ignorants".