Cover

Première conséquence politique en Allemagne du désastre nucléaire au Japon : "La réaction en chaîne de Merkel",titre la Tageszeitung. La chancelière a annoncé le 14 mars un moratoire de trois mois de la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires allemandes,une mesurequi, décidée à l'automne dernier, avait été mal reçue par l’opinion publique. Au cours de ces trois mois, les 17 centrales du pays seront soumises à un examen de sécurité. Mais les résultats sont en partie d'ores et déjà connus, écrit le quotidien : de nombreuses vieilles centrales ne sont pas au niveau des normes de sécurité en cas de crash d'avion et leur sécurité ne peut être améliorée. Mardi 15 mars, la chancelière annonçait ainsi la fermeture de sept réacteurs mis en service avant 1980. Dans son éditorial titré"le gouvernement veut prolonger sa durée de vie", le quotidien berlinois remarque que l'annonce de Merkel coïncide avec trois rendez-vous électoraux avant la fin mars dans des Länder importants du pays. "Alors, n’est-ce là que de la rhétorique? Non. La coalition ne pourra plus arrêter le débat sur la sortie du nucléaire. L'opinion publique réagit de façon très sensible à la catastrophe au Japon."