Dans Gazeta Wyborcza, l'écrivain et chroniqueur Jacek Bocheński rend hommage à Leszek Kolakowski, le philosophe polonais le plus influent du XXème siècle, décédé vendredi 17 juillet. "Il a initié et gagné la bataille contre le communisme, mais il l'a combattu à sa manière. Il s'est battu contre quelque chose qu'il connaissait, qu'il avait vécu de l'intérieur et qu'il avait même contribué, pour une courte période, à créer", écrit Bocheński. Kolakowski fut l'un des premiers à défier le communisme et à subir les conséquences de sa fronde (il a fui la Pologne en 1968). "Il était incroyablement courageux", s'extasie Bocheński qui ajoute que Kolakowski fut un modèle pour l'opposition démocratique en Pologne. "Il est resté agnostique jusqu'à sa mort bien qu'il ne s'est jamais considéré comme un ennemi – mais plutôt comme un ami – de la religion. Dans un pays dominé par ceux qui se montrent volontiers opportunistes quant à l'Eglise, son respect éclairé de la religion, de la transcendance et du sacré était tout à fait inhabituel", conclut Bocheński