Cover

"Avec une bonne dose d'espoirs et d'argent (jusqu'à 300 millions d'euros d’aide)", le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi et son ministre de l'Intérieur Roberto Maroni sont arrivés à Tunis le 4 avril pour présenter "le plan italien pour les migrants", comme titre le Corriere della Sera. Ils vont tenter de persuader le gouvernement tunisien intérimaire d'accepter le retour de centaines d’immigrés tunisiens actuellement en Italie, rapporte le journal. Berlusconi espère ainsi apaiser les tensions avec ses alliés de la Ligue du Nord qui rejettent l'idée de répartir entre les pays de l'UE les Nord-Africains arrivés clandestinement au cours des dernières semaines, car cela reviendrait à une "amnistie". Ces derniers jours, des milliers de migrants ont été transférés de l’île de Lampedusa sur le continent, mais des dizaines d'entre eux se sont évadés d'un centre de détention dans les Pouilles. Berlusconi a également convenu avec Nicolas Sarkozy d’organiser un sommet franco-italien sur ​​l'immigration, une "première étape de rapprochement" après le refroidissement diplomatiquequi a suivi l'intervention en Libye, selon le Corriere.