Cover

"Des mémos secrets mettent à jour le lien entre les compagnies pétrolières et l'invasion de l'Irak", en 2003 titre The Independent. Les procès-verbaux d'une série de réunions entre ministres et dirigeants de sociétés pétrolières "contredisent les dénégations publiques des compagnies pétrolières et des gouvernements occidentaux sur leurs intérêts à l'époque", souligne le quotidien londonien. Une note de service indique que la fin 2002, la baronne Symons, alors ministre du Commerce, a déclaré à la multinationale pétrolière BP "que le gouvernement pense que les entreprises énergétiques britanniques devraient recevoir une part des énormes réserves de pétrole et de gaz en Irak après l'engagement militaire de Tony Blair aux côtés des Américains". Alors que BP maintenait publiquement qu'elle n'avait "aucun intérêt stratégique" en Irak, la compagnie déclarait en privé au Foreign Office que l'Irak était "plus important que tout ce que nous avons vu depuis longtemps".