Cover

"Le gouvernement abandonne l'énergie nucléaire", titre le Corriere della Sera. Dans un geste surprenant, le gouvernement a annulé ses plans de construction de nouvelles centrales nucléaires, citant le besoin de "davantage de preuves scientifiques". L'opposition et les éditorialistes comme Sergio Rizzo du Corriere, voient une autre raison derrière cette décision : la volonté d'éviter le référendum prévu les 12 et 13 juin prochain et qui aurait pu abroger la loi sur le nucléaire. Des sondages récents ont suggéré que l'impact émotionnel de l'accident de Fukushima aurait pu conduire à une victoire du front anti-nucléaire, et à une défaite embarrassante pour le gouvernement, à l'approche d'un scrutin local crucial. D'après La Stampa, il pourrait y avoir aussi un "second but" : éviter que cette participation élevée ne profite aux autres référendums qui se tiennent ces jours-là, sur la privatisation de l'eau et, surtout, sur l'abrogation de la loi garantissant de facto l'immunité judiciaire à Berlusconi pour la durée de son mandat.