Rendons-nous à l'évidence : la crise financière manque furieusement de sex-appeal. Or tout se qui est sexy fait vendre. Quoi par exemple ? Le succès, le changement, la croissance, bien sûr. "Ce n'est pas un hasard si l'humanité, jamais autant engluée dans un tel flux mondial et continu d'informations, demeure dans un état permanent d'excitation mentale, alimentée par une consommation débridée", souligne le quotidien Polska. C'est pourquoi, une récession durable, symbolisée dans les livres d'économie par la lettre "L" est le "pire ennemi possible". Aujourd'hui, écrit Polska "plus personne n'a de temps pour une longue maladie et une convalescence progressive". Que l'on soit riche, célèbre et avec du temps à revendre. C'est pour cela que les gouvernements s'efforcent de surmonter la crise en injectant d'importantes sommes d'argent dans le système financier. "Ce n'est sans doute pas la meilleure méthode mais c'est assurément la plus rapide", conclut le quotidien de Varsovie.