"25% des animaux européens sont menacés d'extinction",rapporte le quotidien El Periódico. L'évaluation a été fournie le 3 mai par le Commissaire européen à l'Environnement, Janez Potočnik, qui présentait la stratégie de l'UEcontre la perte de la biodiversité en Europe. Objectif : restaurer au moins 15% des écosystèmes dégradés d'ici à 2020. Car la perte de biodiversité "finira par coûter à l'Union européenne quelque 50 milliards d'euros par an", note El Periódico, qui déplore que la stratégie annoncée "manque d'objectifs mesurables et représente plutôt une somme de bonnes intentions".

El Periódico précise que 88% des ressources halieutiques européennes sont surexploitées et que la survie de 22% des espèces européennes est menacée par la présence "de plus en plus agressive" d'espèces en provenance d'autres écosystèmes.

De sa part, le quotidien Le Monde dénonce le "cuisant échec" du plan précédent de l'UE, et souligne que les objectifs affichés le 3 mai "marquent une rupture dans l'approche communautaire", car "le document cesse de faire de la biodiversité un secteur autonome et impose ses objectifs aux politiques sectorielles de l'Union – agriculture, forêt, pêche – dont l'impact est le plus fort". Le Monde note que Potočnik, avec les objectifs ambitieux du plan, "y foule allègrement les plates-bandes de ses collègues de l'agriculture et de la pêche non sans créer des frictions dans les couloirs de Bruxelles et entre les Etats membres". Le document sera discuté au Parlement européen d'ici la fin de l'année.