Dans le cadre de sa politique de voisinage, "l'UE conditionne l'aide aux pays arabes à la démocratie", titre le quotidien El País. Le 25 mai, la Haute représentante pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, et le commissaire à laPolitique européenne de voisinage, Stefan Fülle, ont présenté leur nouvelle stratégievis-à vis des 16 pays pays les plus proches de l'Union, à l'Est comme au Sud. Sur les 7 milliards d'euros mis sur la table d'ici à 2013, 5 iront aux pays du Sud de la Méditerranée.

Jusqu'à présent, dans des pays comme l'Egypte ou la Tunisie, rappelle El País, "la stratégie de l'UE était basée sur le principe de la sécurité contre des millions d'euros". Aujourd'hui, des paramètres permettront à l'Europe de mesurer la démocratisation de ces pays : des élections libres, la liberté d'expression et de la presse, une justice indépendante, la lutte contre la corruption, et des forces de sécurité et des armées contrôlées démocratiquement. Le quotidien souligne que le plan dévoilé par la chef de la diplomatie européenne comprend également des mesures pour contrôler les flux migratoires*. Mais "Ashton a nié qu'il s'agissait d'argent pour éviter l'immigration"*.