Cover

Pour Hospodářské noviny, c’est une "grève sans précédent" qu’ont organisé ce 16 juin les syndicats des transports publics, en signe de protestation contre les mesures d’austéritédu gouvernement de Petr Nečas, et notamment contre la réforme du système de retraites. "Une nouvelle grève devrait être organisée à l’automne, les profs participeront aussi", titre le quotidien, selon lequel les syndicats profitent de la faiblesse actuelle du gouvernement, déstabilisé par des récents scandales. Dans les colonnes du journal le politiologue Josef Mlejnek estime que si l’attitude des syndicats "est au fond rationnelle", elle est, "tout comme les réformes, chaotique". Quant à la grève, note le "HN" dans un éditorial, si elle a paralysé les transports, elle aura eu le mérite de montrer aux Tchèques, qu’ils peuvent "vivre côte à côte tout en ayant ont des opinions différentes et des droits qu’ils peuvent faire valoir", et ce "sans se lancer des constamment claques". Parmi les Tchèques restés chez eux pour cause de grève, le journal slovaque SME cite en Une Petr Nečas, qui a dû déclarer forfait pour le sommet des pays du groupe de Visegrád qui a lieu ce 16 juin à Bratislava et dont les enjeux concernent notamment l'élargissement et le financement de l'UE.