Cover

"La France va se retirer d'Afghanistan", titre Le Figaro. Quelques heures après l'annonce par le président Barack Obama du départ d'un tiers des effectifs américains sur place d'ici à l'été 2012, l'Elysée a annoncé le 23 juin le rappel d'un millier de soldats (sur un contingent de 4 000 hommes) d'ici à l'année prochaine. Ce "retrait progressif", conforme aux objectifs agréés au sommet de l'OTAN à Lisbonne en novembre 2010, est motivé par "l'approche des échéances électorales des deux côtés de l'Atlantique", écrit le quotidien. "M. Sarkozy n'en laissera rien paraître, mais on peut imaginer un soupçon de frustration de sa part, écrit de son côté Le Monde. Aux Américains qui se plaignaient, depuis longtemps, de la faible participation des Européens à la guerre contre les talibans en Afghanistan, le président Sarkozy, une fois élu, avait répondu présent et avait accepté d'augmenter le contingent français, parallèlement au surge américain [l'augmentation des troupes décidée par la Maison Blanche en 2009].Il doit aujourd'hui de nouveau s'aligner sur Washington, sans pour autant avoir la satisfaction de la mission accomplie."