Cover

"Le TGV au départ, après la bataille", titre La Stampa, au lendemain des échauffourées qui ont marqué l'ouverture du chantier pour la construction de la ligne à grande vitesseLyon-Turin dans le Val di Suse (Nord-ouest). Les incidents se sont soldés par quatre manifestants et 25 policiers blessés. Plusieurs milliers de sympathisants du collectif No TAV("non à la grande vitesse") avaient érigé des barricades sur les routes menant au chantier et ils se sont heurtés à la police qui cherchait à dégager le chemin, explique le journal. Celui-ci se réjouit du fait que "le mur de l'illégalité qui entourait le chantier" ait été abattu, tout en reconnaissant comme légitimes les craintes exprimées par les habitants quant à l'impact du chantier sur la vallée. "Le début des travaux donne un premier signal positif aux ultimatums de l'Union européenne pour le respect des délais côté italien" : le chantier devait absolument démarrer avant la fin du mois de juin, rappelle La Stampa, faute de quoi, 600 millions de subventions européennes à la ligne Lyon-Turin — censée ramener de 7 à 4 heures le temps de trajet entre Paris et Milan — risquaient d'être perdus.