"La décision de la Commission européenne a tétanisé les milliers d'associations qui, sur le Vieux Continent, aident les plus démunis : le budget alloué à l'aide alimentaire va être réduit de 80%", rapporte Le Soir. Cette décision qui réduit à la portion congrue dès 2012 (de 500 à 113 millions d'euros) l'aide aux associations qui fournissent au sein de l'UE des vivres aux plus démunis, résulte d'une décision juridique.

L'idée d'un système de solidarité permettant de redistribuer les surplus agricoles sous forme d'aide alimentaire aux plus démunis a été mise en œuvre (au cours de l'hiver 1986-87) par Jacques Delors, alors président de la Commission européenne. (…) Mais depuis une dizaine d'années, les surplus alimentaires ont baissé. Ils ont alors été convertis en une autre forme d'aide : 1% du volume financier de la PAC, soir 500 millions d'euros, devait financer le programme européen d'aide alimentaire aux plus démunis (PEAD). Certains pays comme l'Allemagne et la Suède ont saisi la Cour dejustice de l'Union européenne (CJUE), estimant que cette enveloppe constituait une aide purement sociale sans lien avec la PAC, explique Le Soir.

En avril, la Cour leur a donné raisonen annulant le droit d'attribuer une partie du budget de la PAC à la distribution de denrées alimentaires via des associations caritatives. La Commission n'a pas fait appel. Selonla dernière analyse d'impact du PEAD, plus de 13 millions de personnes en Europe bénéficiaient du programme en 2006, tandis que 43 millions de personnes étaient menacées de pauvreté alimentaire dans l'UE à vingt-cinq.