Cover

"Condamné mais libre" titre Gazeta Wyborcza, après qu'un tribunal de Grodno a annoncé une décision sur le cas d'Andrzej Poczobut, correspondant du quotidien de Varsovie en Biélorussie et activiste de la communauté polonaise du pays. Poczobut a été condamné à trois ans d'emprisonnement avec sursis pour avoir diffamé le président Alexandre Loukachenko, qu'il avait qualifié de "dictateur" et accusé d'avoir truqué les élections présidentielles en décembre dernier. "La condamnation avec sursis vise à museler les journalistes indépendants en Biélorussie", commente Gazeta Wyborcza, mais le journal souligne que M. Poczobut a indiqué qu'il n'est pas intimidé et continuera à défendre ses idées, y compris devant le Comité des droits de l'homme des Nations Unies. Le quotidien libéral de Varsovie souligne dans son éditorial que son correspondant a effectivement "gagné parce qu'il n'était pas seul", sa sortie de prison ayant été exigée par, entre autres, la ministre des affaires étrangères de l'UE Catherine Ashton, le président du Parlement européen Jerzy Buzek, et même le président américain Barack Obama. "Même une dictature peut céder lorsque ceux qui luttent pour la liberté montrent leur solidarité", conclut Gazeta Wyborcza.