Cover

"Pfffff"... En une page blanche, De Morgenexprime la situation de détresse dans laquelle la Belgique se trouve désormais. Le 7 juillet, Bart De Wever (N-VA), le leader du plus grand parti flamand, "a fait du petit bois" de la note que le formateur royal, le socialiste Elio Di Rupo avait présentée 3 jours plus tôt pour sortir de l'impasse institutionnelle. "La note est néfaste pour tous les habitants de ce pays et notamment pour les Flamands", a expliqué De Wever. "La surprise ne porte même pas sur le non de De Wever mais sur sa façon de le dire, estime l’éditorialiste du Morgen. *R**ien du tout, vraiment que dalle n'est positif dans la note de Di Rupo, qui n’a pas seulement été complètement rasée, mais carrément enterrée à plusieurs mètres sous terre"*. Et maintenant ? Telle est la grande question que la presse belge se pose. Di Rupo, qui rend compte au roi ce vendredi, n'a pas voulu réagir, mais il semble *"particulièrement inquiet quant à l’avenir du pays"*, conclut le journal.