Cover

Rien ne va plus entre Vilnius et Vienne. "La Lituanie exige une peine", lance Vilniaus diena, au sujet de Mikhaïl Golovatov, un ancien officier du KGB arrêté à Vienne le 15 juillet et relâché le lendemain. L'Autriche considère que le mandat d'arrêt européen émis par la Lituanie en octobre dernier n'est pas assez précis. Golovatov est considéré comme le responsable de l’attaque de la tour de la télévision lituanienne par des forces spéciales, le 13 janvier 1991, alors que la Lituanie se battait pour obtenir son indépendance et sortir du giron soviétique. L'attaque avait fait 14 morts et près d’un millier de blessés. Vilnius a rappelé son ambassadeur et le ministre des Affaires étrangères a été sommé d’informer ses collègues européens de "cette décision sans précédent", relève Vilniaus diena. Dans une déclaration reprise par le quotidien, des parlementaires lituaniens rappellent que "relâcher une personne susceptible d'avoir commis des crimes de guerre est un affront aux valeurs fondamentales de l’Union européenne." Selon Vilniaus diena, Vienne aurait cédé aux pressions de Moscou.