Cover

Différents députés britanniques accusent le Premier ministre Gordon Brown de vouloir faire passer en force l'adoption d'un traité avec la Libye qui prévoit la remise en liberté de le "cerveau" de l'attentat de Lockerbie pour préserver l'accès des pétrolières du pays aux hydrocarbures libyens, [rapporte](http://http: //www.guardian.co.uk/uk/2009/aug/18/ministers-pushed-lockerbie-treaty-libya ) en Une The Guardian. Le quotidien publie également un second article qui fait état du réchauffement des relations diplomatiques entre Tripoli et Londres depuis 2005. The Guardian cite ainsi un porte-parole de la société pétrolière BP qui affirme qu'un accord avec la Libye "pourrait générer des revenus de 20 milliards de dollars au cours des 20 prochaines années." La Commission des droits de l'Homme au Parlement britannique a demandé de pouvoir examiner cet accord, par crainte que l'envie de faire des affaires avec l'un des pays africains les plus riches en pétrole n'ait pris le pas sur les enjeux humanitaires.

Plus largement, l'éventuelle libération pour raisons médicales d'Abdelbaset al-Megrahi, le ressortissant libyen reconnu coupable d'avoir organisé l'attentat, fait l'objet d'une vaste controverse au Royaume-Uni. Les autorités écossaises annonceront bientôt si al-Megrahi est libre de rentrer chez lui, alors qu'il est atteint d'un cancer en phase terminale. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'est invitée dans ce débat en contactant personnellement le ministre en charge du dossier pour lui demander de ne pas le libérer. The Guardian s'était précédemment étonné de voir qu'al-Megrahi a soudainement retiré sa demande de remise en liberté déposée devant un tribunal écossais. Certains y voient un signe supplémentaire confirmant que le ministre britannique du Commerce Peter Mandelson a profité de ses vacances à Corfou, en Grèce, pour y rencontrer le fils du leader libyen Mouammar Kadhafi et conclure une entente pour faire en sorte qu'al-Megrahi soit rapidement libéré.

L'attentat contre un avion liant New York et Londres a provoqué 270 victimes en 1988. L'appareil avait explosé en vol avant de s'écraser sur la ville de Lockerbie en Ecosse. L'auteur de cette attaque, Abdelbaset al-Megrahi, a été condamné à perpétuité par un tribunal britannique en 2001, l'équité de son procès a cependant été mise en doute.