Cover

"L'abîme est-il passé?" titre l'hebdomadaire conservateurUważam, rze, qui se demande si l'euro peut encore survivre. La réponse est "oui", mais les pays de la zone euro devront renoncer à une partie substantielle de leur souveraineté. "La crise actuelle servira à accélérer le processus d'établissement d'un euro-gouvernement qui aura la responsabilité de politiques macro-économiques des Etats membres. Tôt ou tard, les demandes de la chancelière Merkel pour l'harmonisation des impôts des entreprises et la réforme des systèmes de retraite dans les pays de la zone euro seront mises en oeuve" écrit l'hebdomadaire de Varsovie, qui insiste sur le fait que sans ces changements, la zone euro sera condamnée. Toutefois, "l'histoire nous enseigne que Angela Merkel obtient toujours ce qu'elle veut" – ce qui explique pourquoi la Grèce a été forcée d'accepter des réductions budgétaires drastique, et les privatisations de sociétés nationales. Très prochainement, les Espagnols, les Portugais, les Italiens, les Belges et, avec le temps, les Français vont se retrouver dans une solution similaire. "En théorie, les budgets des pays ci-dessus seront contrôlés par Bruxelles, mais dans la pratique, la plupart des décisions seront prises à Berlin", conclut Uważam, rze.