Cover

La Stampaprésente côte à côte sur sa Une deux photos tragiques : la première montre les cadavres de 25 Africains morts asphyxiés dans la soute d'un bateau à bord du quel 271 migrants libyens sont arrivés à Lampedusa le 1er août. "Ils ont été empêchés de s'échapper de la cale par leurs propres compagnons de voyage, car il n'y avait pas de place sur le bateau", ont raconté des témoins au quotidien turinois. "Ils sont morts comme des rats".

La seconde photo, prise le même jour, montre des émeutes qui ont éclaté à Bari (Pouilles). Frustrés par les retards pris dans le traitement de leurs demandes d'asile, des migrants africains, qui ont été détenus pendant sept mois dans un camp de "filtrage", "ont scandé 'des papiers, des papiers', avant de provoquer les émeutes et de bloquer la circulation. 60 personnes, y compris des policiers et des migrants, ont été blessées". Les protestations se sont étendues aux villes calabraises de Crotone, où "les migrants ont reproduit les émeutes de Bari" et de Nardò, où "400 ouvriers agricoles nord-africains se sont mis en grève pour de meilleurs salaires." Le quotidien rappelle que l'année dernière, à Rosarno (également en Calabre), les migrants africains, qui se sont plaints d'être "traités comme des animaux par les Italiens", avaientégalement manifesté.