Cover

« Pour protéger les Européens contre les effets des produits chimiques, faudra-t-il sacrifier 54 millions d’animaux de laboratoire au cours de la prochaine décennie et non 2,5 millions comme estimé à l’origine ? », s’interroge Le Monde. Le quotidien français rapporte que, selon deux scientifiques, l’Europe aura du mal à appliquer le règlement REACH. Ce dernier oblige l’industrie chimique à prouver que les produits mis sur le marché avant 1981 ne sont pas dangereux pour la santé ou l’environnement.

Dans un article publié par la revue scientifique Nature, le toxicologue Thomas Hartung et la chimiste Costanza Rovida, préviennent que « la toxicologie réglementaire n’a ni les méthodes à haut-débit ni les techniques alternatives à l’expérimentation animale pour tenir l’objectif ». L’industrie chimique a déjà « préenregistré » 140 000 substances à analyser.