Cover

"Les Allemands doivent faire des sacrifices pour l’euro", résume la Berliner Zeitung. Dans une interview au quotidien, le patron de la Fédération de l'industrie allemande, Hans-Peter Keitel demande à Angela Merkel de sauver la monnaie unique "même si cela fait mal". "On veut avancer et investir dans l’euro. On a besoin d’une union stable, déclare Keitel. Si on veut faire avancer l’intégration, il faut que tous les Etats membres respectent les règles ou cèdent de leurs compétences nationales". A quatre semaines du débat au Parlement sur les plans de sauvetage européens et la mise en place d'un début de gouvernement économique européen, Angela Merkel est de son côté confrontée à des critiques de plus en plus franches. La CSU, la branche bavaroise du parti chrétien-démocrate de la chancelière, vient ainsi de se déclarer, "résolument contre un gouvernement économique et un ministre des Finances européen."