Cover

"Le filon de l'or libyen", titre Gazeta Wyborcza,après que la Conférence internationale de Paris a mis "un terme symbolique" à la guerre en Libye. "La réunion était comme un pieux enfoncé dans le cœur du régime de Kadhafi", estime Daniel Korski, expert au Conseil européen des relations étrangères (ECFR) cité par le quotidien. Les principaux gagnants de la conférence de Paris sont le président français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron qui "n'ont jamais cessé de croire au succès de l'opération". Tandis que les Italiens se félicitent d'avoir mis suffisamment tôt fin à leur amitié avec Kadhafi, les Américains sont contents d'accueillir "un nouveau gouvernement ami dans une région hostile". Ce que les gagnants espèrent secrètement est que le Conseil national de transition (CNT) commence à "payer ses dettes *avec le pétrole libyen**"*. Mais ils pourraient bien être désagréablement surpris. "*Les Libyens sont malins. Ils assurent qu'ils récompenseront leurs amis mais à la fin, ils pourraient bien choisir la meilleure offre, qu'elle vienne de Russie ou de Chine"*, conclut Korski.