Cover

"Bruxelles met la pression sur la Slovaquie : Décidez-vous sur le ‘rempart pour l'euro’", titre Pravda, en rappelant que la Slovaquie a reporté au mois de décembre le vote de son Parlement sur le plan de sauvetage grec. Une décision qui pourrait fragiliser la réponse européenne à la crise grecque. Pour la Commission européenne, "l'approbation rapide des accords du sommet exceptionnel du 21 juillet de la zone euro sur l'élargissement des compétences du Fond européen de stabilisation financière (FESF) est également dans l'intérêt de la Slovaquie", explique le quotidien. Mais le Premier ministre, Iveta Radičová, manque de soutien au sein de son gouvernement de coalition. Le président du Parlement, Richard Sulik, quant à lui, a qualifié le FESF d'"outil pour produire davantage de dette" et estimé qu’en mettant en place un "rempart pour l'euro", l’UE deviendrait comme l'Union soviétique. "Si Bruxelles met la pression, c'est uniquement parce que tous [les dirigeants de la zone euro] se sont mis d'accord précédemment" sur le plan de sauvetage, commente le quotidien de Bratislava, qui conclut que "les hésitations ne peuvent qu’augmenter l'addition finale".