Cover

Le 13 septembre, le ministre français de l'Immigration, Eric Besson, a annoncé qu'il ne signerait pas les décrets d'application de laloi instituant des tests ADN pour les immigrés candidats au regroupement familial en France. "Je ne suis pas en mesure (…) de respecter l'esprit et la lettre de la loi", a déclaré le ministre, ancien membre du Parti socialiste, qui estime que la diplomatie française n'a pas les moyens d'assurer la confidentialité des données génétiques en question. Saluée par les associations de lutte contre le racisme, la décision "a déclenché un tollé à droite", souligne le Figaro. Les responsables de la majorité reprochent notamment au ministre d'avoir annoncé unilatéralement sa décision via une grande radio nationale privée et de ne pas en avoir informé le Parlement. "Si l'application d'une loi pose un problème technique, le gouvernement doit en saisir le Parlement", estime le président de l'Assemblée nationale dans les colonnes du quotidien français.