Cover

"Le FMI fait le procès de l'Europe", titre La Stampa. "L'assemblée annuelle du FMI ouvre aujourd'hui 23 septembre avec l'UE sur le banc des accusés". L'institution se réunit au moment où les marchés chutent de nouveau suite à la publication de nouvelles prévisions économiques laissant présager une récession de l'économique mondiale. La directrice du FMI Christine Lagarde a appelé les pays de la zone euro "à mettre immédiatement en application les accords du sommet du 21 juillet, car le facteur temps est crucial". Le secrétaire d'Etat au Trésor américain, Timothy Geithner a pour sa part averti "qu'empêcher une faillite grecque est plus important que de soutenir la croissance européenne"."La situation peut être décrite en un mot : panique",écrit l'économiste Mario Deaglio dans le quotidien italien. "Aucune des politiques adoptées depuis 2009 des deux côtés de l'Atlantique n'ont marché. (…) La chose que les citoyens des pays touchés par la crise devrait demander à leurs responsables politique est de se libérer de la tyrannie insidieuse des marchés internationaux", et obliger les banques à séparer "les circuits spéculatifs du crédit ordinaire".