Cover

"Le dossier contre Berlusconi sur les nuits d'Arcore", titre le Corriere della Sera, au lendemain de la diffusion des écoutes qui prouveraient qu'une Marocaine mineure à l'époque ainsi que d'autres jeunes femmes ont participé à des festins érotiques dans la résidence privée du chef du gouvernement. Le Parquet de Milan a ainsi ouvert une enquête sur Berlusconi et des proches pour abus de fonction et prostitution de mineure. Selon les juges, Ruby a eu des relations sexuelles avec Berlusconi — ce que les intéressés démentent — et elle lui aurait demandé 5 millions d'euros pour ne pas divulguer son "bordel". Berlusconi s'est défendu affirmant qu'il a eu "une relation stable" avec une femme, mais il apparaît fragilisé par cette nouvelle affaire, ainsi que par la levée partielle de son immunité. Alors que le traditionnellement prudent Corriere se focalise sur la paralysie du gouvernement et craint que l'Italie ne devienne "la caricature d'un pays occidental", l'antiberlusconienne Repubblica jubile, certaine que le Cavaliere est "arrivé au terminus".