Cover

Au moment où la Grèce fait appel au Fonds monétaire international pour financer sa dette, celui-ci demande à la Roumanie, qui l’a sollicité en 2009, un effort supplémentaire "afin de maintenir son déficit budgétaire dans des limites supportables", note Adevărul. "C’est brûlant !", titre ainsi le journal, pour qui le FMI "ne croit plus aux promesses du gouvernement d’Emil Boc et propose la majoration du taux unique d’imposition de 4% [le portant ainsi à 20%] et de la TVA d’au moins 5% [la portant à au moins 24%]". Selon Adevărul, "la population et les hommes d’affaires font les frais de l’incompétence du gouvernement à réduire les dépenses publiques [un remaniement serait d’ailleurs en vue] et les investisseurs étrangers chercheront un pays avec un régime fiscal plus amical et plus prévisible".