Une économie de 180 millions d’euros par an, 317 fonctionnaires européens de moins et une réduction de 19 000 tonnes des émissions de CO2 , voilà ce qui changerait si le Parlement européen adoptait Bruxelles comme seul et unique siège. Aujourd’hui, les 736 députés européens et leurs collaborateurs parcourent une fois par mois les 431 kilomètres qui séparent la "capitale" de l’UE de Strasbourg pour tenir 4 jours de session. Bien que Strasbourg soit le siège officiel du Parlement, les députés passent la majorité de leur temps de travail à Bruxelles. Il est certain que ce "déménagement mensuel (…) coûte beaucoup d’argent et est mauvais pour l’environnement et la santé des députés", explique De Standaard. Ce dernier rapporte un sondagepublié le 10 février par le vice-président du Parlement, lelibéral britannique Edward McMillan-Scott. Plus de 90% des députés interrogés et leurs collaborateurs souhaitent que Bruxelles devienne le seul et unique siège du Parlement. "Le débat est de nouveau rouvert, et il est loin d’être clos", note le quotidien belge. Car le traité de Lisbonne ne prévoit pas que les députés puissent choisir leur leur lieu de travail. De plus, la France ainsi que certains députés influents, comme le président du groupe PPE, le Français Joseph Daul et son homologue socialiste, l’Allemand Martin Schulz, s’opposeront à l’abandon de Strasbourg.