Cover

Des pirates informatiques cherchant toujours plus de liberté dans le partage des données en ligne se sont associés pour former une organisation internationale, écrit Público. Réunis à Bruxelles, les délégués de 44 pays ont approuvé les statuts de ce mouvement apolitique à but non lucratif. "L’industrie en ligne se bat pour limiter de par le monde les libertés civiles. Ceci est le premier acte de notre contre-attaque" a déclaré Gregory Engels, du Parti pirate allemand. Engels devrait coprésider le Parti pirate international avec le luxembourgeois Jerry Weyer. Parmi leurs priorités : obtenir le droit d'accès à des copies privées de contenus sous copyright, la sécurisation des données privées sur Internet, une plus grande circulation des contenus en ligne ainsi que des amendements aux lois de propriété intellectuelle. Le plus célèbre des partis pirates, le parti suédois, qui a remporté en 2009 un siège au Parlement européen mais dont la popularité est sur le déclin, a choisi de ne pas rejoindre le nouveau mouvement, tout comme le Parti polonais, écrit ****Público****.