Cover

Le 15 mars, jour de commémoration du début de l'insurrection de 1848, s'est transformée en "Fête qui met en garde contre les diktats", titre Népszabadság. Environ 30 000 personnes ont manifesté pour défendre la liberté de la presse, mise à mal par le gouvernement de Viktor Orbán. Le quotidien de gauche publie un texte de Péter Molnár, l'un des fondateurs de la Fidesz, le parti d'Orbán. "La liberté de la presse est le secret de la liberté", écrit Molnár qui a pris ses distances avec son parti, en rappellant que "la première des douze revendications des révolutionnaires de 1848 était précisément la liberté de la presse et la suppression de la censure.(...) Nous avons fondé la Fidesz pour exclure ne serait-ce que la limitation de la liberté d’expression". "Seuls les pays où cette liberté est assurée peuvent fonctionner correctement", ajoute Molnár. Citant István Bibó (1911-1979), célèbre opposant au régime communiste , Péter Molnár, qui s'est imposé comme le nouveau champion des anti Orbán, conclut : "Contrairement à l’idée largement répandue, nous devons affirmer que la politique ne supporte pas le mensonge."