Espagne : Comment le miracle a tourné au cauchemar

La ville nouvelle de Seseña, au sud de Madrid.
La ville nouvelle de Seseña, au sud de Madrid.
1 sierpnia 2011 – El País (Madryt)

L'économie flamboyante des années 2000 n'aura pas survécu à l'éclatement de la bulle financière. Un échec que les élections anticipées annoncées pour novembre ne pourront pas totalement réparer.

K.-O. debout, presque plus de souffle pour encaisser de nouveaux coups. C'est dans cet état que l'économie espagnole entre dans la dernière ligne droite du gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero. Le dirigeant socialiste teste depuis des mois un changement radical de politique économique, dans l'espoir de pouvoir retourner la crise.

Mais les chiffres sont têtus, et ils montrent que, dans le meilleur des cas, les effets de ce tourbillon réformateur tarderont à se faire sentir. Que le changement ne sera pas perceptible sous cette législature. Trois heures seulement avant l'annonce par Zapatero de la tenue d'élections anticipées [fixées aux 20 novembre], on apprenait le chiffre qui résume la situation : 4,8 millions de chômeurs.

Pour le gouvernement Zapatero, l'économie aura été ce qui lui aura permis de toucher du doigt le paradis, avant de le plonger dans les enfers de la pire récession qu'ait connue l'Espagne depuis la guerre civile. A la veille des élections de 2008, l'exécutif socialiste pouvait se targuer du taux de chômage le plus bas depuis la fin du franquisme (8 % fin 2007), de comptes publics excédentaires, d'une croissance robuste et stable qui permettait à l'Espagne d'évoluer dans la "Champions League" de l'économie mondiale. Avec un revenu par habitant supérieur à celui de l'Italie, la convergence avec la France et l'Allemagne, les poids lourds européens, avait cessé d'être une vue de l'esprit pour Zapatero.

La crise a réduit le mirage en morceaux

Cette vision idyllique de l'économie espagnole n'aura pas tenu une législature entière. La débâcle financière mondiale a réduit le mirage en lambeaux. Et quand le raz-de-marée du krach de 2008 s'est retiré, l'image que renvoyait l'Espagne était tout autre : le pays où le chômage augmentait le plus rapidement, celui qui avait le plus de difficultés à sortir de la récession, l'un de ceux qui voyait augmenter son déficit public le plus rapidement et de la façon la plus spectaculaire... Si auparavant, le petit monde des experts anglo-saxons (analystes, spéculateurs, presse spécialisée) qui fait la pluie et le beau temps sur les marchés avait vanté le "miracle économique espagnol", il s'est ensuite empressé d'installer l'Espagne dans la porcherie des PIGS.

Les conséquences formidables de la crise internationale en Espagne ont contraint à revoir d'un autre œil les années de vaches grasses. L'économie s'était laissée portée des années durant par la bulle spéculative des marchés immobiliers et financiers. Le gouvernement Aznar d'abord, puis celui de Zapatero, avaient nié l'importance de cette bulle.

Personne ou presque n'aurait pu prévoir que les prêts "toxiques” pratiqués aux Etats-Unis allaient déclencher la pire crise financière depuis la Grande Dépression. Et quand le crédit s'est tari, cette bulle que personne ne voyait a explosé. La déflagration a mis à nu une économie marquée par un fort endettement des ménages et des entreprises, au pire moment qui soit.

Rétrospectivement, le premier mandat de Zapatero apparaît comme sa grande occasion manquée, même si les chiffres dressaient à l'époque un tout autre tableau : le gouvernement socialiste a fermé les yeux sur des tendances inquiétantes, tels la faible productivité du pays ou son endettement galopant à l'égard de l'étranger. Et c'est tout juste s'il a procédé à quelques ajustements par rapport au modèle économique laissé par le Parti populaire, quand il n'a pas approfondi certaines de ses mesures, comme la baisse des impôts.

Une métamorphose trop tardive

La débâcle financière de 2008 a laissé Zapatero dans un état de stupeur dont il a eu bien du mal à se remettre. Des mois durant, il a nié la crise, puis il l'a relativisée, et ce n'est que quand les marchés et l'UE ont commencé à manifester leur inquiétude croissante pour l'avenir de l'Espagne à court terme que le chef du gouvernement a procédé à un virage controversé.

La métamorphose a été radicale. Des intuitions sociales du premier mandat et de l'approche keynésienne appliquée aux premiers moments de la crise, on est passé subitement aux compressions budgétaires et aux coupes claires. La conversion de Zapatero s'est produite après le week-end du 9 mai 2010 : les marchés et les partenaires européens exigeaient de lui un changement de cap spectaculaire. L'Allemagne demandait à l'Espagne des coupes draconiennes, pas moins de 35 milliards. Finalement, elles n'ont été que de 15 milliards, avec baisse des salaires des fonctionnaires, gel des pensions, diminution des dépenses publiques et entrée sur le chemin de la réforme, sur lequel Zapatero s'est lancé avec une mine de pénitent sur le mode "quoi qu'il en coûte, et quoi qu'il m'en coûte à moi".

La réforme du marché du travail ou celle des retraites renforcent l'idée qu'en mai 2010, la législature Zapatero a fait sa révolution copernicienne. En réalité, depuis cette date, le gouvernement n'a pu faire guère plus qu'éponger l'hémorragie, et les coutures menacent de lâcher chaque fois que les marchés augmentent le coût du financement des administrations, des entreprises et des ménages.

L'annonce d'élections anticipées aura été l'occasion, dans une large mesure, d'un passage en revue de l'héritage économique que Zapatero laissera à son successeur. Et alors même qu'il faisait le bilan de l'épisode économique le plus sombre de notre histoire récente, le chef du gouvernement a de nouveau versé dans un optimisme excessif. Il a salué les chiffres du chômage au deuxième trimestre comme l'indication d'un "certain changement de tendance", alors que cette amélioration n'est due qu'à des facteurs saisonniers, à la saison touristique. Sans cela, le chômage aurait à nouveau augmenté.

Factual or translation error? Tell us.