A partir de ce 30 août, les internautes néerlandais souhaitant protéger leur vie privée pourront utiliser un registre spécial, surnommé "ne me suis pas". Celui-ci, rapporte le Volkskrant, leur permet de désactiver préalablement les cookies, ces fichiers de suivi laissés sur leur ordinateur par les sites qu’ils ont visités. Via une icône d’information l’internaute arrive sur une page où l’on explique comment fonctionnent les cookies. Sur cette même page un lien mène vers le site web Youronlinechoices.eu où l’internaute peut voir quels cookies sont installés sur son ordinateur et où il a la possibilité de les désactiver. Ces mesures seront également appliquées dans d’autres pays européens.

L’initiative a été lancée par plusieurs opérateurs de l’Internet, dont le Volkskrant, qui souhaitent ainsi montrer au gouvernement néerlandais que les éditeurs et les publicitaires prennent au sérieux la vie privée des internautes et que l’auto-régularisation créée par le régistre pourrait être une alternative de la "loi cookie" qui attend le feu vert du Sénat. Cette loi controversée, qui serait la plus sévère en Europe si elle est adoptée, inquiète le secteur qui redoute qu'elle ne nuise au "confort de l’utilisation du Net". Certains craignent également que de grandes entreprises comme Google et Yahoo "se retirent du marché néerlandais si des règles plus sévères sont appliquées". Le journal souligne également qu’avec cette loi "les internautes auront probablement des dizaines de pop-ups à décliquer" car "certains browsers comme Firefox et Internet Explorer ne seront pas adaptés aux nouveaux réglements".