L'avenir des réseaux énergétiques est l'une des visions les plus ambitieuses de l'humanité. De vastes parcs éoliens en mer et de gigantesques champs de panneaux solaires dans le désert devraient bientôt couvrir l'essentiel de nos besoins en électricité. Les entreprises et les particuliers se mettent également à la production d'électricité avec l'installation de mini-centrales dans leur sous-sol ou de panneaux solaires sur leur toit. Les maisons sont équipées d'appareils intelligents: la machine à laver, la sécheuse et le réfrigérateur communiquent entre eux afin de laver, sécher ou refroidir pendant les heures creuses.

En Allemagne, dans six régions, cette révolution est une déjà une réalité : des technologies d'avenir développées dans le cadre du projet E-Energy sont actuellement à l'essai dans plusieurs villes. Selon les estimations, une meilleure gestion de la consommation d'électricité permettrait d'économiser près de 10 térawattheures par an, soit la consommation annuelle de 2,5 millions de ménages. Les spécialistes du secteur insistent pour que l'Allemagne joue un rôle pionnier au niveau international dans ce secteur d'avenir.

Les particuliers, futurs fournisseurs d'énergie

Le constructeur automobile Volkswagen et le fournisseur d'énergie, Lichtblick, ont lancé début septembre une première grande offensive pour la mise en place d'un réseau de centrales électriques domestiques. A partir de 2010, les deux entreprises vont installer jusqu'à 100 000 générateurs d'électricité dans des foyers ordinaires. Ces unités fonctionnerontau gaz naturel et si possible, à terme, au biogaz renouvelable. Les particuliers deviendraient ainsi fournisseurs d'énergie et pourraient vendre une partie de leur production sur le marché. Dans le même temps, un nouveau système de tarification sera mis en place dans lequel le prix de l'électricité sera déterminé en fonction de l'offre et de la demande: moins il y aura d'énergie disponible, plus elle coûtera cher. Les utilisateurs pourront surveiller l'état du réseau électrique sur un portail Internet et mettre leur électricité en vente lors des pics de demande pour réaliser le maximum de profit et du même coup rééquilibrer le réseau.

Les clients pourront également fixer beaucoup plus précisément à quel tarif ils veulent consommer de l'électricité. La diffusion de tels mécanismes de gestion de l'énergie est la principale condition préalable à l'établissement d'un réseau alimenté en bonne part par des énergies renouvelables. Le contrôle précis et détaillé du réseau assurera la fourniture ininterrompue du service. Quand des millions de mini centrales électriques produiront une quantité variable d'électricité et que des millions de terminaux et autres systèmes "Home Management" transmettront des données sur leur consommation et leurs besoins en énergie, le réseau sera en effet soumis à rude épreuve.

Un réseau électrique intelligent

La mise en place d'un réseau électrique intelligent constitue probablement le principal défi de cette nouvelle ère. Elle représente également un marché particulièrement lucratif. Les géants de l'électricité qui dominaient le marché jusqu'à présent se trouvent soudainement confrontés à la concurrence de puissants rivaux, issus du secteur des nouvelles technologies, et qui veulent prendre le contrôle de l'énergie sur Internet. Selon Peter Löscher, président de Siemens, le marché du réseau énergétique intelligent pourrait représenter près de 30 milliards d'euros d'ici 2014. Il faudrait mettre au point des systèmes prédictifs capables d'anticiper l'évolution des prix en fonction des données météorologiques et des habitudes de consommation observées.

Les applications nomades, comme celles de l'iPhone, pourraient jouer un rôle important en la matière. Des start-ups inspirées pourraient également développer des concepts commerciaux applicables au réseau électrique 2.0. On pourrait imaginer des réseaux sociaux encourageant les comportements écologiques auprès de leurs utilisateurs. Aux Etats-Unis, on assiste à l'émergence d'une nouvelle génération de start-ups orientées sur la révolution verte sur Internet. Selon les gourous du Web, la Toile a le pouvoir de révolutionner notre rapport à l'environnement: non seulement, le réseau permettrait de repérer les gaspilleurs mais également de les marginaliser. Il en résulterait l'émergence d'une conscience collective qui nous obligerait à réfléchir de façon plus critique à notre consommation d'énergie.