Cover

"ETA informe les entrepreneurs de l'annulation de 'l´impôt révolutionnaire'": sous cette formulation neutre, le quotidien Gara, proche de la gauche indépendantiste basque, annonce la fin du racket exercé depuis des années par ETA envers les entrepreneurs basques, sous peine d'enlèvement ou d'assassinat. Le groupe terroriste l'a annoncé le 28 avril dans une lettre adressée aux organisations patronales basques et de Navarre. Dans son éditorial, Gara salue "une grande décision pour un meilleur investissement", et "un nouvel exemple de volonté évidente" d'ETA de mettre un terme au "cycle armé de la politique basque". Le contexte, non explicité, est l'approche des élections municipales du 22 mai, où les indépendantistes veulent se présenter sous l'étiquette Bildu, une coalition dont les candidats doivent encore être autorisés par la justice. De son côté, son confrère basque El Correo, rappelle que l'extorsion a été "l'une des preuves plus éloquentes de la nature perverse" d'ETA. "La bonne nouvelle sera complète le jour où l'organisation terroriste disparaîtra à jamais."