Cover

Après la panne des dernières semaines, le moteur franco-allemand repart de plus belle. C'est ce que les partenaires-clé de l'Europe ont voulu communiquer tout sourire, le 31 mars à Berlin, à l'issue du conseil des ministres allemand. Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble avait en effet invité pour l'occasion son homologue française Christine Lagarde à y assister, une première. À cette occasion, note la Neue Zürcher Zeitung, Lagarde a affirmé que ses récentes critiques aux exportations allemandes étaient en fait un "compliment" à la compétitivité germanique. "La réconciliation franco-allemande s'est jouée autour d'une taxe sur les banques que Berlin veut imposer à l'échelle européenne et internationale, avec l'appui de Paris", rapporte quant à luiLe Figaro. La NZZ explique à ce sujet que l'Allemagne compte créer un fonds spécial alimenté par un prélèvement obligatoire, calculé en fonction du risque systémique d'une banque, c'est à dire du risque que comporte son effondrement pour l'économie nationale. Berlin estime récolter ainsi 1,2 milliards d'euros par an.