Cover

Le chiffre est tombé le 27 août : 2 987 100 de Français étaient sans emploi fin juillet, un chiffre record depuis juin 1999. Au cours du mois dernier, le nombre des demandeurs d’emploi a augmenté de 41 000, une hausse sans précédent depuis trois ans. “Si peu de temps après l’alternance[politique], la responsabilité ne saurait en incomber au seul nouveau pouvoir. [...] Mais la présomption d’innocence dont bénéficie encore l’éxécutif n’enlève rien à son ardente obligation d’agir”, préviennent Les Echos dans leur éditorial.

Le quotidien critique par ailleurs deux mesures récemment adoptées ou annoncées par le gouvernement en matière d’emploi :

Loin de redonner du travail à des chômeurs, la fiscalisation des heures supplémentaires est contre-productive. Cette mesure est de nature à détruire de l’activité, donc des emplois. Car, à rebours de la théorie tenace du partage du travail, les heures supplémentaires des uns créent l’embauche des autres. L’autre décision est aussi coûteuse qu’inutile : c’est la réactivation de 150 000 emplois subventionnés, lesquels se [révèlent], la plupart du temps, être des contrats sans lendemain.

Les Echos appelle le chef de l’Etat à des réformes structurelles destinées à assouplir le marché du travail, rappelant que la croissance ne viendra pas d’ailleurs. Une prévision confirmée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, lundi dans une interview télévisée, rapporte Le Monde :

Le gouvernement devra “peut-être réduire un peu” la prévision de croissance pour 2013, actuellement fixée à 1,2% [par rapport à 2012] mais jugée trop optimiste par les économistes. [...] Le Fonds monétaire international ne table plus que sur une progression de 0,8% de l’économie française en 2013 et la prévision moyenne des économistes s’établit à seulement 0,5%.