C’est "un bon coup pour l’image du pays", commente Capitalaprès le coup de filet porté début février par la Direction nationale anti-corruption roumaine à la douane de Vama Siret, à la frontière avec la Moldavie. Pas moins de 77 agents soupçonnés de recel de pots-de-vin et de trafic de cigarettes ont ainsi été arrêtés. Le magazine note par ailleurs que la responsable du poste de frontière de Halmeu (avec la Hongrie) a été mise en examen pour corruption. “Les autorités roumaines se sont dit que c’est le moment de frapper fort afin de recevoir une bonne note de la part de l’UE”, écrit l'hebdomadaire, selon lequel il s’agit de "la plus grande action de ce genre jamais entreprise en Roumanie". Capital rappelle que l’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen a été récemment reportée en raison des résultats insuffisants en matière de lutte contre la corruption, et reproche aux autorités roumaines leur "manque de volonté". La Bulgarie, elle aussi "recalée" pour les mêmes raisons, semble également faire des efforts pour satisfaire aux exigences de Bruxelles : fin janvier, 14 agents du poste de frontière du pont sur le Danube ont été interpellés, raconte 24 Tchassa. Ils sont suspectés d’avoir racketté des voyageurs, pour la plupart en transit, souvent non-originaires de l’UE.