Un nouvel élu est tombé dans le piège tendu par le Sunday Times pour traquer les eurodéputés sensibles à la corruption. C'est l'Espagnol Pablo Zalba (Parti populaire), qui, selon El Mundo, aurait "retouché une directive communautaire à la demande d´un faux groupe de pression", et cela "en échange de 100 000 euros". Zalba a rencontré en réalité des journalistes de l'hebdomadaire britannique en janvier dernier, qui se sont fait passer pour des lobbyistes et qui visaient par leur démarche à "dénoncer la maniere par laquelle les lobbies font passer des amendements dans la législation de l´UE", explique le quotidien. "Je peux changer n´importe quel rapport préparé par le Parlement", leur aurait affirmé Zalba lors de son entretien avec les faux lobbyistes : pour preuve, le texte a été approuvé avec les mots suggérés par ces derniers. Le quotidien précise enfin que Zalba n'a finalement pas touché l'argent promis.