Le même, mais pas pareil

Publié le 20 juin 2013 à 15:35

Et je dis : arrêtez avec vos airs de guerre froide ...

... et tu sais très bien de qui je parle, toi, espèce de détraqué chauve russe !

Le président américain Barack Obama a prononcé un discours devant la porte de Brandebourg, à Berlin, dans lequel il a appelé à un nouvel effort pour réduire les arsenaux nucléaires russes et américains.

Cette intervention, qui coïncidait avec les 50 ans du discours historique de John Fitzgerald Kennedy pendant lequel il prononça son célèbre "Ich bin ein Berliner", a reçu un accueil plutôt froid en Russie, tout comme celui de Kennedy en 1963, le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine déclarant que Moscou "ne pouvait considérer sérieusement ces garanties".

Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi
Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’abonnement et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet