Revue de presse (In)égalités

La pauvreté s’étend en Europe mais la richesse échappe (toujours) à l’impôt

Chaque mois, en partenariat avec Display Europe, nous passons au crible la couverture de notre continent sous l'angle des inégalités : genre, revenu, travail, qualité de l’emploi, etc. Dans cette première revue de presse, nous nous penchons sur l’augmentation de la pauvreté en Europe. Dans un contexte d'élévation constante du coût de la vie, l'Etat-providence s'érode presque partout. Une solution ? Les impôts.

Publié le 11 octobre 2023 à 10:57

Un sondage réalisé par Ipsos début septembre, auquel 10 000 personnes ont répondu en France, en Allemagne, en Grèce, en Italie, en Pologne, au Royaume-Uni, au Portugal, en Moldavie et en Serbie, révèle que les Européens traversent une période difficile.

Pour 55 % des personnes interrogées, le pouvoir d'achat a diminué au cours des trois dernières années. La principale cause identifiée est, sans surprise, l’inflation. Un tiers des personnes interrogées se disent en situation d'insécurité économique (29 % en moyenne, près de 50 % en Grèce et en Moldavie). Trente pour cent déclarent avoir déjà sauté un repas et un tiers affirment que leur salaire n'est plus suffisant. Eurostat confirme cette tendance : en 2022, 95,3 millions de personnes dans l'UE étaient menacées de pauvreté ou d'exclusion sociale, soit 21,6 % de la population.

Qu'il s'agisse de l'emploi salarié classique ou de formes de travail plus récentes et précaires, le monde du travail européen ne cesse de s'appauvrir.


Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi

Pourtant, une étude de l'OCDE analysée par le mensuel français Alternatives Economiques montre que le travail est plus taxé que le capital. À l'exception de trois pays seulement (Suisse, Espagne et Colombie), partout dans le monde, il est fiscalement plus intéressant de percevoir des dividendes que de toucher un salaire. Et il se trouve que les dividendes sont actuellement en pleine santé : au deuxième trimestre 2023, ce sont 568,1 milliards de dollars qui ont été distribués par 1 200 entreprises cotées, soit une hausse de 4,9 % par rapport à 2022 (données Janus Henderson pour avril-juin, rapportées par Libération).

Taxer le capital : une solution ?

Une proposition émane du groupe des Verts/ALE au Parlement européen. Le 15 septembre dernier, il a publié un rapport intitulé Taxer les riches : Du slogan à la réalité, réalisé avec l'ONG Tax Justice Network sur la base des données de la World Inequality Database. Un impôt sur la fortune "modéré et progressif", ciblant les 0,5 % les plus riches de chaque pays européen, rapporterait plus de 213 milliards d'euros de recettes fiscales par an. Selon le journal français Le Monde, ce "’top 0,5 %’ détient près de 20 % de la richesse européenne, contre 3,5 % pour l'ensemble de la moitié la moins riche. Leur patrimoine s’est accru de 35 % en dix ans".

Dans le même esprit, une initiative citoyenne européenne (ICE) a été déposée le 8 juin par les socialistes belge Paul Magnette et française Aurore Lalucq, avant d’être acceptée par la Commission européenne le 11 juillet dernier. La collecte de signatures pour la pétition, quant à elle, s'est ouverte le 9 octobre. L’initiative propose un impôt sur le patrimoine pour financer des programmes environnementaux et sociaux et la coopération internationale pour le développement.

Selon la Banque centrale européenne, la transition écologique va coûter cher. Très cher. Surtout pour le commun des mortels : des augmentations de la facture d’énergie allant jusqu'à 50 % sont prévues dans le scénario le plus pessimiste.

Taxer la richesse semble compliqué, mais c'est possible.

L'Espagne a ouvert le bal : comme le rapporte l’agence de presse EFE, un "impôt de solidarité" devrait frapper les biens espagnols d'une valeur égale ou supérieure à 3 millions d'euros. En outre, l'impôt sur les plus-values sera augmenté et les seuils d'imposition pour les revenus les plus faibles seront relevés.


Sur le même thème

Restos du cœur : “L’Etat ubérise la solidarité et se déresponsabilise”

Elsa Da Costa | La Croix | 9 septembre 2023 | FR

Les Restos du Cœur sont l'une des plus importantes associations caritatives de distribution alimentaire en France. L’organisation a lancé un appel à l'aide début septembre : cette année, 1,3 million de Français sont inscrits sur ses listes, soit une augmentation de 20 % par rapport à 2022, année où les chiffres avaient déjà explosé. L'association risque donc d'être submergée. Bernard Arnault, l'un des hommes les plus riches du monde, propriétaire du groupe LVMH, le leader mondial du luxe, a répondu à la mise en garde de l’association en lui faisant un don de 10 millions d'euros. Quelle générosité pour quelqu'un dont la fortune est estimée à 214 milliards d'euros ! L'expert en cybersécurité Mathis Hammel a d’ailleurs créé un comparateur en ligne pour remettre ce beau montant en perspective : pour une personne ayant un patrimoine de 35 000 euros, cela correspond à 1,64 euro.

Le vrai problème, c’est peut-être le grand absent dans toute cette histoire : "Où est l'Etat ?”, s’interroge Elsa Da Costa. "L’État ubérise la solidarité, se focalise sur d’autres sujets et se déresponsabilise en n’attaquant pas les causes profondes du problème de la précarité alimentaire, se satisfaisant d’un dispositif curatif en place. Et les plus précaires toujours plus nombreux continuent à faire la queue devant les Restos", lance-t-elle.

Pourquoi avons-nous cessé de croire aux riches ? 

Michał Zabdyr-Jamróz  | Znak | 18 juillet 2023 | PL (paywall)

Pendant des décennies, le discours médiatique dominant a défendu la notion capitaliste-méritocratique selon laquelle la richesse est une preuve de mérite, d'esprit d'entreprise, de génie, de travail acharné et ainsi de suite, qualités toutes récompensées par un marché libre. Aujourd'hui, cependant, les riches sont de plus en plus assimilés à des bouffons. Les frasques de personnages comme Elon Musk n'ont clairement pas arrangé les choses, explique le politologue Michał Zabdyr-Jamróz.


Questions de genre

Menstruation : le monde de la tech ouvre un nouveau cycle

Lucie Ronfaut | La Déferlante, Mediapart | 30 septembre (FR, Paywall)  

"Si vous utilisez une application de suivi des menstruations, supprimez-la tout de suite”, avertit Lucie Ronfaut. Flo, Clue, Glow, Natural Cycles : il existe une multitude d'applications de ce type, qui prétendent toutes fièrement contribuer à l'autonomisation des femmes. Mais leur succès soulève également une série de questions éthiques. Aux Etats-Unis notamment, certaines d'entre elles sont accusées de mettre en danger les femmes, notamment suite à l'abrogation de l'arrêt Roe v. Wade remettant en question le droit à l'avortement. Le média indépendant français Mediapart, en partenariat avec le magazine féministe La Déferlante, se penche sur cette "femtech" aux nombreuses possibles implications.

Coming In : La politique sexuelle et l’adhésion à l’UE en Serbie

Laura Luciani | LSE Review of books | juin 2023 | EN

Dans Coming In : Sexual Politics and EU Accession in Serbia (Manchester University Press. 2023), Koen Slootmaeckers, sociologue et politologue britannique, examine l'introduction des droits des personnes LGBTQIA+ dans le cadre du processus d'adhésion de la Serbie à l'UE, et la résistance que ce changement a suscitée. Comme le rapporte Laura Luciani dans sa critique, le chercheur y voit une sorte d’"européanisation forcée" pouvant aboutir à un rejet au niveau local de droits pourtant accordés au niveau national.

Féministes musulmanes, la révolution qui vient

Françoise Feugas | Orient XXI | 31 juillet | FR, ES

Dans cette autre critique, la journaliste Françoise Feugas revient sur le dernier ouvrage de Malika Hamidi, La révolution des féminismes musulmans. Elaboration théorique et agir féministe (2004 à 2014) (Editions Peter Lang, 2023). Hamidi, sociologue française d'origine algérienne vivant en Belgique, est également l’autrice de Un féminisme musulman, et pourquoi pas ? (Editions de l'Aube, 2017), et publie aujourd’hui un texte donnant la parole aux femmes musulmanes. Ces dernières se trouvent en effet dans la nécessité de s'affirmer à la fois au sein de leur propre communauté et dans l'espace public européen, en naviguant entre les polémiques souvent tendancieuses sur le voile ou les tenues vestimentaires en général. Cette nouvelle étude entend leur donner la parole. "On a envie de vivre notre religion sans devoir faire face à la domination, dans la société comme dans la communauté musulmane", déclare une jeune femme. "Notre implication de plus en plus grande dans les structures féministes en tant que musulmanes devrait faire comprendre qu’on n’a pas besoin de divorcer de notre identité religieuse pour être acceptées en tant que féministes", explique une autre.

Victoria’s Secret : le pinkwashing féministe d'une marque condamné par #MeToo

Alba Correa | El Orden Mundial | 26 septembre 2023 | ES (paywall)

L’entreprise américaine Victoria’s Secret, qui dominait autrefois le marché de la lingerie, lutte aujourd’hui contre la chute de ses ventes et tâche de redorer une image ternie dans l'ère post-#MeToo. Dans cet article, Alba Correa explique comment Victoria's Secret s’efforce de devenir plus inclusive.

Edité par Adrián Burtin
En partenariat avec Display Europe, cofinancé par l'Union européenne. Les points de vue et opinions exprimés n'engagent cependant que leur(s) auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement ceux de l'Union européenne ou de la Direction générale des réseaux de communication, du contenu et de la technologie. Ni l'Union européenne ni l'autorité subventionnaire ne peuvent en être tenues pour responsables.
Display Europe, European Cultural Foundation, European Union

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’abonnement et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet