“Une Troïka sous pression nous met la pression”

Publié le 3 décembre 2013 à 11:49

Cover

Les inspecteurs de la Troïka, (UE, FMI et BCE) ont reporté d’une semaine leur visite en Grèce, une décision largement vue comme un moyen de pression sur le gouvernement grec d’accélérer les réformes en cours en échange du déblocage de la prochaine tranche de prêt, selon Ta Nea.
Mais l’existence de la Troïka elle-même est menacée, poursuit le journal qui rappelle les déclarations du chef des députés socialistes européens, Hannes Svoboda, qui le 1er décembre dernier, a estimé que “faute de légitimité démocratique”, cette instance à la “mentalité néo-libérale” devait être “progressivement supprimée”.
En attendant, la cure d’austérité continue de faire des ravages, comme le rappelle le dessin en Une de Ta Nea, qui représente une histoire qui a ému tout le pays : celle d’une adolescente morte asphyxiée pour avoir essayer de chauffer sa chambre à l’aide d’un brasero.

Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet