L'Europe face à l'extrême droite : Il est minuit moins cinq

Lors du pique-nique pan-Européen organisé par EuropaNow! à Ferrare (Italie) le 6 octobre 2018.
Lors du pique-nique pan-Européen organisé par EuropaNow! à Ferrare (Italie) le 6 octobre 2018.
12 octobre 2018 – VoxEurop

Les partis traditionnels sont en panne d'idées et les mouvements de la droite radicale ont le champ libre. Le moment est venu d'entrer en résistance et de se réarmer intellectuellement, estime Bernard Guetta.

Ce texte a été diffusé lors du pique-nique pan-Européen organisé par l'association EuropaNow! à Ferrare (Italie) le 6 octobre 2018, pendant le festival du magazine Internazionale.

Chers amis, il est minuit moins cinq. Sous cinq ans, lors des européennes de 2024 et des prochaines élections nationales, les nouvelles droites de la droite peuvent s’affirmer assez pour prendre le contrôle de l’Union ou y devenir, en tout cas, incontournables.

Elles le peuvent car aucune des deux grands courants qui avaient dominé l’échiquier européen depuis la Libération, pas plus la démocratie-chrétienne que la social-démocratie, n’a plus de force d’attraction. Ils semblent l’un et l’autre intellectuellement épuisés alors que les nouvelles droites ont pour elles leur nouveauté et la simplicité de leurs propositions.

Le rapport de forces entre le capital et le travail s’est inversé ? Fermons les frontières.

Les archaïsmes de l’islam inquiètent, et pas seulement à droite ? Abandonnons la laïcité et refaisons de nos Etats des Etats chrétiens.

Les électeurs ne veulent plus d’immigration ? Laissons couler les bateaux de réfugiés.

La mondialisation de l’économie bouscule nos sociétés ? Sortons de l’Union européenne.

Tout cela est évidemment absurde, indigne ou les deux, mais cela porte car c’est simple, court et plus satisfaisant que l’absence de réponses ou les sempiternels « c’est plus compliqué que cela ».

A gauche comme à droite, les démocrates ont aujourd’hui besoin d’un réarmement intellectuel et moral mais cela prendra forcément du temps, trop de temps. Alors en attendant, tant que le débat d’idées n’aura pas abouti à l’émergence de nouvelles forces, de nouveaux partis de l’ordre et du mouvement, c’est en position de résistance que nous devons nous mettre. Nous devons, autrement dit, systématiquement favoriser les fronts communs de tous les démocrates contre les forces de l’obscurantisme.

Alors, sans doute n’est-ce pas exaltant.

Non. Ce ne l’est pas, mais avant qu’il ne soit minuit, ce ne sont pas des identités politiques en gestation qu’il faut défendre.

C’est la liberté.

La vidéo du pique-nique pan-Européen organisé par EuropaNow! à Ferrare (Italie) le 6 octobre 2018 :

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la