Berlin veut soigner le malade français

Le gouvernement allemand s’inquiète de plus en plus ouvertement de la situation économique et de l’incapacité à réagir de son voisin et partenaire privilégié. A Paris, on prend conscience du décrochage industriel mais on s’agace de ces pressions.

Publié le 12 novembre 2012 à 15:22

On ne sait pas si le gouvernement allemand a demandé discrètement aux cinq sages qui le conseillent de se pencher sur le cas français, comme la presse d’outre-Rhin l’affirme. Ces économistes renommés ont officiellement démenti cette démarche, tandis que la chancellerie se contentait d’un étrange “Pas de commentaires” qui lui donne crédit. Peu importe. Le seul fait que cette éventuelle requête paraisse vraisemblable témoigne de l’inquiétude de Berlin vis-à-vis de son voisin. Une inquiétude qui est, hélas, logique.

Le premier réflexe est bien sûr de l’énervement. Que les Allemands envisagent de nous donner des leçons pour réformer la France est à la fois vexant et culotté. Il y a dix ans, la République fédérale était l’homme malade de l’Europe, elle a constamment été en retard dans la crise de la zone euro et elle recevrait assez mal, on l’imagine, des conseils de Paris pour redresser sa démographie catastrophique, pour prendre un exemple au hasard. Le second réflexe est de réaliser la dimension de politique intérieure de cette possible initiative. Aux cinq sages qui ont critiqué récemment certains choix d’Angela Merkel, cette dernière répond : comparez-nous et vous verrez que notre politique est la meilleure.

Une comparaison terrible

Compréhensibles, ces réactions à chaud ne peuvent pourtant pas dissimuler l’essentiel : l’Allemagne s’inquiète de l’état de notre économie, de sa stagnation depuis trois trimestres, de ses déficits et, surtout, de ses difficultés à agir pour inverser la tendance. Elle a raison. Une seule comparaison est terrible. Selon Eurostat, le dernier taux de chômage connu s’établit à 5,4 % là-bas contre 10,8 % ici. Mais la vraie différence est peut-être ailleurs : la France, et semble-t-il François Hollande, considèrent encore que les difficultés actuelles sont temporaires et que tout ira mieux dès que le cycle économique traditionnel s’inversera, mi-2013 et en 2014. Depuis longtemps, les Allemands ont compris que ce que nous appelons “crise” est une formidable mutation historique et ils se sont donné les moyens d’y faire face.

En réalité, nous n’avons pas besoin d’eux pour savoir que le rapport Gallois [sur la compétitivité de l’industrie française] et le plan gouvernemental qui l’a suivi sont des premiers pas dans la bonne direction, mais ne sont que des premiers pas. Il ne suffit pas d’un tournant, encore faut-il accélérer dans le virage.

Commentaires

Un avertissement à l’apprenti sorcier

Achtung !”, titre Libération. “En Allemagne, on ne se cache plus pour dire tout le mal que l’on pense de la politique économique de la France et s’alarmer des menaces qu’elle ferait courir à l’Europe”, ajoute le quotidien, pour lequel “ce n’est pas un hasard si les cinq ‘sages’ économiques qui conseillent le gouvernement [allemand] ont épinglé l’Hexagone dans leur rapport annuel publié mercredi 7 novembre.”

Libération cite ainsi les propos de l’un d’entre eux, Lars Feld, qui fait ouvertement part de son inquiétude :

Le problème le plus sérieux de la zone euro en ce moment n’est plus la Grèce, l’Espagne ou l’Italie, mais la France, car elle n’a rien entrepris pour vraiment rétablir sa compétitivité et elle est même en train d’aller dans la direction opposée. La France a besoin de réformes du marché du travail, c’est le pays qui travaille le moins de la zone euro.

Die Welt, de son côté, considèreHollande sans boussole”. Le quotidien observe que le président français a déjà passé 10% de son mandat à la tête du pays “sans que l’on sache où le voyage nous mène”, et s’interroge :

Si on essayait d’illustrer ce que le gouvernement appelle sa soi-disant ‘ligne’, on obtiendrait un graphique confus, à bien des égards comparable à celui que l’on voit dans Skyfall, le nouveau James Bond, lorsque Q, l’apprenti sorcier, essaie de trouver le code dans l’ordinateur du méchant : lorsqu’il y parvient, il fait exploser sa propre boutique.

Le quotidien allemand ironise également sur le fait que François Hollande, dont “l’obsession est de ne rien faire comme son prédécesseur” opte finalement pour les solutions défendues par Nicolas Sarkozy en faveur des entreprises :

Les socialistes doivent avouer qu’ils ont repris des mesures que Nicolas Sarkozy avait déjà proposées au printemps dernier : il voulait aboutir à une baisse du coût du travail par une augmentation de la TVA. Pendant la campagne électorale, Hollande avait fortement polémiqué contre une telle mesure. Aujourd’hui, c’est lui qui la réalise.

Catégories

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Voxeurop a besoin de vous. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet