Dans la tradition d’Emile Durkheim et de Maurice Halbwachs, la sociologie du suicide a beaucoup enrichi la connaissance des sociétés modernes, mais elle apporte peu d'explications directes aux suicides individuels voire aux séries de suicides, comme celle de France Télécom. Seules des équipes multidisciplinaires peuvent tenter d'élucider des situations de travail aussi critiques et d'y porter remède. L'investigation sur des données portant sur plus d'un siècle, et couvrant aujourd'hui la quasi-totalité de la planète, peuvent pourtant fournir une perspective à la réflexion sur l'actualité immédiate.

En rapportant les taux de suicide aux classes sociales, l'évolution suggère des hypothèses sur le sens que les acteurs donnent à leur activité quotidienne. Dans les sociétés où la lutte pour la survie s'impose à tous comme une nécessité, le suicide est au plus bas. "La misère protège", disait Durkheim. Mais il s'agissait d'une pauvreté intégratrice vécue comme condition nécessaire de tous et de chacun. Les misères individuelles des sociétés modernes sont vécues comme des exceptions et n'ont aucune vertu intégratrice. Lire la suite de l'article...