Cover

Le Cirque Rath, la grande première tchèque”, ironiseLidové noviny. Pour la première fois dans l'histoire moderne de la Tchéquie, un député incarcéré et accusé de corruption se présentera — accompagné d’une escorte armée — devant le Parlement pour défendre son mandat. La Chambre des députés votera pour confirmer la levée de l'immunité de David Rath, l’ancien gouverneur de Bohême centrale accusé d'avoir accepté des pots-de-vin provenant des subventions européennes.

Rath a été arrêté le 14 mai en possession d’une caisse de vin qui contenait 7 millions de couronnes (environ 280 000 euros). “J'ai été surpris par un commando armé et j’ai été étonné d’apprendre qu’au lieu de bouteilles de vin, il y avait de l'argent”, s’est-il défendu. “Je sais que c'est une histoire bizarre qui semble incroyable, mais la vie est vraiment pleine de choses incroyables."

La défense de Rath tient en trois points,explique Hospodářské noviny : il n'était pas au courant pour l’argent ; c'est un complot et les écoutes téléphoniques de la police sont douteuses. Tous les présidents des groupes parlementaires estiment que l'immunité de Rath sera très probablement levée, qu’il retournera en prison et qu’il sera poursuivi. S’il est reconnu coupable, il risque jusqu’à 12 ans de prison.

Le show de David Rath va être répugnant", note Hospodářské noviny, qui s’interroge :

Doit-on, à cause de lui, préciser dans la Constitution que l’on ne vient pas de la prison à la Chambre de députés ? Ou qu’un législateur condamné perd automatiquement son mandat ? Non. Il paraît paradoxal qu’un juge ne puisse pas être député, mais qu’un criminel, oui. La Constitution sert à résoudre les conflits entre les différents pouvoirs, et non pas les conflits moraux individuels.