Ecrivons sur quelque chose dont on ne connait rien et soyons suffisant, dominateur et paternaliste : après tout, ce sont juste des métèques” : c’est en ces termes, et d’autres plus virulents, que le président estonien Toomas Hendrik Ilves a réagi, sur son compte Twitter, au dernier blogposté par Paul Krugman sur le site du New York Times. Le chroniqueur et prix Nobel d’Economie, statistique sur le PIB à l’appui, remettait en cause l’idée de “triomphe économique” de l’Estonie, “chouchou des défenseurs de l’austérité”.

Ce n’est pas la première fois que le prix Nobel critique négativement l’Estonie, la Lettonie ou la Bulgarie sur leur politique de rigueur”, note Postimees, tandis que Eesti Päevaleht souligneque “Krugman est idéologiquement contre l’austerité”.

Eesti Päevaleht estime que “certes, le chef d’Etat doit défendre les intérêts de l’Estonie mais le faire de cette façon est plutôt nuisible à la réputation de l’Estonie”. D’autant que Ilves avait lui-même “récemment demandé à ce que l’on soit moins émotif dans les débats politiques”. Postimees, de son côté, assure que “Ilves aurait pu certes soigner son language, mais d’un autre côté, cette réaction a été comme un bol d’air frais dans des communications soignées par les conseillers presse.