Ce 17 juin, les Vingt-Sept, réunis à Bruxelles en Conseil européen, ont donné leur feu vert à l’ouverture des négociations d’adhésion de l’Islande. Mais, noteLe Figaro, "si, parmi les Européens, le soutien est ’solide’ en faveur de Reykjavik, en Islande, l’UE est loin de faire l’unanimité". Au plus fort de la crise qui a mis à genoux leur économie, fin 2008, les Islandais voyaient en l’UE une bouée de sauvetage. Mais aujourd’hui, écrit le quotidien parisien, "alors que le contentieux avec Londres et La Hayesur la banque Icesave n’est toujours pas réglé, ils sont bien plus réservés : plus de 60% d’entre eux voteraient contre une éventuelle adhésion. Pis", poursuit Le Figaro, "selon un tout récent sondage, 57% des Islandais réclament carrément le retrait de la candidature à l’UE ! Un groupe de députés de plusieurs partis vient même de déposer une motion en ce sens au Parlement. Pour les deux tiers de la population, les 990 millions de couronnes dédiées au processus d’adhésion seraient plus utiles ailleurs…"